Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

.La Chlordécone a été interdite en France en 1990 mais les gouvernements socialistes sous François Mitterrand, avec Louis Mermaz et Jean Pierre Soisson, ont donné des dérogations successives jusqu’en 1993 pour la Martinique et la Guadeloupe.

Les champs de pomme de terre français et européen ont donc subi ce dangereux pesticide 3 ans de moins que la Martinique et la Guadeloupe.

On estime qu’il faudra entre quelques décennies et 100 ans pour que les nitisols se dépolluent naturellement par lessivage, et jusqu’à 600 ans pour les andosols.

Je n’ose imaginer la souffrance morale des agriculteurs qui, en utilisant ces produits autorisés, ont mis en danger leurs propres familles, leurs femmes, leurs enfants.

Je n’ose imaginer la souffrance morale des ces agriculteurs qui en utilisant ces produits autorisés, ont mis en danger le futur de nos iles.

Je n’ose imaginer la souffrance morale de ces agriculteurs qui, en faisant confiance aux gouvernements socialistes de l’époque, ont fini par tuer des membres de leurs propres familles.

J’espère et nous espérons tous que les responsables de ces autorisations de mises sur le marché de ces molécules seront identifiés et condamnés.

J’espère et nous espérons tous, que ces responsables qui ont œuvrer dans les mêmes gouvernements que pour le scandale du sang contaminé seront réellement identifiés et condamnés.

J’espère et nous espérons tous que la justice ne s’arrêtera pas.

La justice doit agir.

𝑮𝒖𝒊𝒍𝒍𝒂𝒖𝒎𝒆 𝒅𝒆 𝑹𝒆𝒚𝒏𝒂𝒍

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

1 comment on “𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐧𝐞 𝐯𝐨𝐮𝐥𝐨𝐧𝐬 𝐩𝐚𝐬 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐞 𝐬𝐜𝐚𝐧𝐝𝐚𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐂𝐡𝐥𝐨𝐫𝐝𝐞́𝐜𝐨𝐧𝐞 𝐟𝐢𝐧𝐢𝐬𝐬𝐞 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞 𝐜𝐞𝐥𝐮𝐢 𝐝𝐮 𝐬𝐚𝐧𝐠 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐚𝐦𝐢𝐧𝐞́

  1. On ne peut pas payer (très cher) un 1er ministre, des ministtes, des secrétaires d'état et des responsables pour qu'on ne puisse trouver ni responsable, ni coupable lorsque de très graves dysfonctionnements sont à déplorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.