Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

02 Aout 1766 — 28 Mai 1802

Louis Delgrès naît le 2 août 1766, à Saint-Pierre. Il est le fils reconnu d’Elisabeth Morin, une mûlatresse et de Louis Delgrès, un blanc créole martiniquais vivant à Saint Pierre et qui était à la fois Receveur du Roi et Géreur des Domaines du Roi à Tobago.

Louis Delgrès commence sa carrière militaire dans la milice en Martinique. Il est bientôt nommé sergent, en garnison à la Martinique, le 10 novembre 1783. S’alliant à la cause de la Convention républicaine, il doit s’exiler à la Dominique. Il sert sous les ordres de Rochambeau et combat en Guadeloupe puis à Saint Vincent contre les Anglais qui le capturent et le libèrent à plusieurs reprises. Il est promu chef de bataillon en octobre 1799 et refuse une nouvelle affectation en Guadeloupe, en raison d’arriérés de sa solde. Victor Hugues lui fait une avance et le pousse à s’embarquer en novembre 1799.

En octobre 1801, à l’époque du Consulat, il devient aide de camp du capitaine général Jean-Baptiste Raymond de Lacrosse. En novembre 1801, Lacrosse est emprisonné. Delgrès se rallie alors aux officiers rebelles.

Le 4 mai 1802, le Général Richepance débarque à Pointe-à-Pitre avec 4000 hommes pour rétablir l’esclavage selon les ordres de Napoléon Bonaparte.

Dès le 10 mai 1802, Louis Delgrès prend la tête de la résistance contre les troupes consulaires du général Richepance. C’est alors que Delgrès fait afficher sur les murs de Basse-Terre la proclamation «À l’Univers entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir».

Le Général Richepance subit d’importantes pertes d’hommes, mais le 20 mai 1802, Delgrès et ses troupes sont obligés de se replier au fort de Basse-Terre, puis à court de munitions, ils doivent quitter cet emplacement le 22 mai 1802. Les résistants s’organisent alors en deux bataillons. Joseph Ignace, le compagnon de lutte et ami de Delgrès se dirige vers Pointe-à-Pitre, alors que Delgrès et ses troupes se réfugient sur les hauteurs de Matouba. Joseph Ignace et ses hommes sont tués au morne Baimbridge.

Le 28 mai 1802, Louis Delgrès et ses troupes de combattants composées de 300 hommes refusent la capitulation et se suicident à l’explosif dans l’Habitation Danglemont à Matouba.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

1 comment on “DELGRÈS Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.