Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

10 Février 1894 — 12 Janvier 1934

André Aliker est né le 10 février 1894, au Lamentin, en Martinique. Il est le cadet des sept enfants de Louise Anne Aliker et de Ernest Monconduit, un blanc martiniquais exerçant la profession de comptable.

Le 17 mai 1915, il s’engage comme volontaire avec les troupes de la 1ère guerre mondiale. Peu après son retour, en 1918, il s’installe à son compte dans le commerce de gros et demi-gros.

Militant communiste, il s’intéresse au journalisme et devient rédacteur en chef, correcteur et diffuseur du journal « Justice », l’organe de presse du parti communiste en Martinique, fondé par Jules Monnerot.

Dans ses articles, il dénonce les injustices, les dysfonctionnements de l’administration ou les abus de certains grands patrons.

Après  l’assassinat manqué du 1er janvier 1934, pour avoir dénoncé les fraudes fiscales du propriétaire de l’usine du Lareinty, le 12 janvier 1934, son corps inerte est retrouvé sur une plage du Nord Caraïbe, à Fond Bourlet.

La nouvelle de sa mort se répand et soulève une immense émotion. Une foule très importante assistera à ses obsèques, au cimetière de la Croix Mission, à Fort de France.

Le 23 janvier 1936, après deux ans d’enquêtes, le procès de l’assassinat d’André Aliker a lieu à Bordeaux, mais les accusés sont relaxés, faute de preuves.

Sur sa tombe, on lit l’épitaphe : « Ils n’ont pas pu me corrompre, ils m’ont assassiné ». Il avait 40 ans.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

3 comments on “ALIKER André

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *