• 19 avril 2021
  • Guillaume de Reynal
  • 0
Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

«Quand je vois des familles métissées avec des Blancs et des Noirs, les enfants naissent de couleurs différentes, il n’y a pas d’harmonie.» – Alain Huyghues Despointes.

On se souvient de ces paroles prononcées en 2009. S’ensuivirent une levée de boucliers et les commentaires cinglants du secrétaire d’état pour l’outre-mer de l’époque, Yves Jego.

Bien au contraire, quoi de plus beau que la diversité des couleurs allant de la peau claire en passant par la peau sapotille jusqu’au noir d’ébène.

Malheureusement, cette phrase reflète le mépris de nous-mêmes qui nous a été inculqué durant trois siècles, nous ronge de l’intérieur, tel un cancer et qu’il nous arrive de retransmettre à nos enfants de génération en génération.

Mais qu’en est-il de notre passivité de notre absence de remise en question, de réflexion, de notre manque de créativité, comme si cette gangrène devait éternellement perdurer. Nous avons tout pourtant à notre disposition pour informer et modifier ces attitudes. Les cerveaux sont là, élus locaux, enseignants, scientifiques, psychologues pour faire cesser ces transmissions incohérentes.

Aurore Holmes
« Construire notre vivre-ensemble »

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.