Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

Beaucoup ignorent que les Empereurs du Mali et du Songhaï possédaient des esclaves « blancs » (Berbères, Arabes et Européens), achetés sur les marchés du Maghreb et d’Égypte.

Une réalité historique méconnue et il est difficile d’estimer leur nombre.

Les Arabes, les Berbères d’Afrique du Nord et les Turcs possédaient tellement d’esclaves européens et d’autres, qu’ils en revendaient à quiconque pouvait se les offrir et cela pendant des siècles.

Al Umari (14ème siècle) signale la présence de nombreux esclaves Blancs sous l’empire du Mali (Turcs, Arabes, Européens achetés au Caire par Mansa Moussa, empereur du Mali)…

Des Mamelouks Turcs formaient ainsi régulièrement la garde personnelle des Empereurs du Mali et du Songhaï, dont les Harems sont en partie composés d’esclaves venant d’Égypte.

Askia Mohamed (l’Empereur Songhaï) fut aussi un précurseur. Il créa dès le 16ème siècle une armée de métier et un ministère de l’intégration des… Blancs, comme on désignait alors les Arabes, les Berbères, les Turcs et les Européens.

Certains d’entre eux, réduits en esclavage, se retrouvèrent au service des empereurs Mandingues et Songhaïs.

Le voyage est une tradition chez les Soninkés, (branche du peuple Mandingue au Mali), ce qui explique leurs migrations.

Ils créèrent les plus importants carrefours de commerce d’esclaves et possédaient eux mêmes des esclaves Berbères.

Guillaume de Reynal
« Construire notre vivre-ensemble »

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.