Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

Durant la colonisation des îles caraibéennes et donc de la Martinique, à côté de la population d’origine africaine, une autre population blanche était utilisée comme main-d’oeuvre à bas prix : les engagés. Ils étaient volontaires ou forcés et sans ressources.

Le plus souvent ouvriers agricoles et quelquefois fils « de bonnes familles » déshérités, ils devaient signer un contrat d’aliénation de trois ans avec leurs maîtres, d’où l’appellation des « trente-six mois ».

Quoique leur statut était différent du statut d’esclave et temporaire, ils étaient considérés comme des serviteurs pouvant être vendus par les maîtres.

Le Révérend Père Jean-Baptiste DU TERTRE (1610-1687), missionnaire dominicain aux îles, décrivait les engagés ainsi : «Il y a deux sortes de familles aux îles: les premières sont composées de personnes mariées, les autres de quelques garçons qui vivent en société, appelés matelotage selon les termes du pays; ils ont dans la case une égale autorité sur les serviteurs; tout y est en commun, ils vivent en fort bonne intelligence. Lorsque l’un d’eux se marie, ils se séparent et l’on partage les serviteurs, les Français engagés comme les nègres esclaves…

Quand ces pauvres gens avaient achevé leurs trois ans, ils se mettaient deux ou trois ensemble, abattaient du bois et faisaient une habitation, sur laquelle ils bâtissaient une case et faisaient des marchandises. » (Cf. HISTOIRE GENERALE DES ANTILLES, E. KOLODZIEJ, Fort-de-France 1978, Tome II, pages 458 et 485).
L’histoire martiniquaise est complexe et nos destins se sont liés, croisés, partagés, souvent de façon cruelle pour les uns et les autres. Quels que soient les origines et parcours de nos ancêtres sur cette terre qu’est la Martinique, nous pouvons affirmer qu’ils ont tous participé à la construction de ce que nous sommes, en tant que martiniquais.

En ce sens, l’association « Construire notre vivre-ensemble », avec son volet historique, nous propose de connaître notre passé afin de bâtir notre avenir de solidarité.

Aurore Holmes
« Construire notre vivre-ensemble »

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.