• 1 février 2021
  • Aurore Holmes
  • 0
Facebooktwitterpinterestlinkedinyoutubeinstagram

La pratique de la généalogie ou la recherche de ses ancêtres, de ce qui a pu composer leurs vies, peut constituer un véritable choc pour certains et particulièrement pour la majorité d’entre nous issus d’un métissage des caraïbes.

Au cours de ces recherches, il arrive de constater que nos arbres généalogiques sont horizontaux et éparpillés, alors qu’ils devraient être verticaux. Ils se perdent dans l’inconnu et les interrogations.

Nous avons le droit de savoir, de revendiquer la connaissance des parcours de tous nos ancêtres, qu’ils soient africains, européens, indiens ou d’autres origines. Les actes d’états civils ne suffisent pas à retracer les évènements de leurs vies car ils renferment parfois des secrets, révèlent quelquefois des stratégies de survie.

Il est indispensable que nous, originaires des caraïbes, ayons accès en complément des archives nationales et départementales, à toutes les archives privées. Il est indispensable de prévenir leur perte ou leur destruction.

L’association « Construire notre vivre-ensemble », dans sa démarche du vivre-ensemble, envisage, avec la coopération de tous, l’organisation d’une « Commission spéciale des archives privées ».

Aurore Holmes
« Construire notre vivre-ensemble ».

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.